Article

Le brand registry d’Amazon et le droit des marques

Publié le
Le brand registry d’Amazon et le droit des marques

La société Amazon, premier distributeur de produits non alimentaires en Europe, a mis en place un procédé « Brand Registry » ou « Registre des marques » permettant une meilleure influence et davantage de contrôle aux vendeurs de sa marketplace.

Pour recourir à ce service, il convient de disposer d’une « marque enregistrée et en vigueur ».

Ainsi, pour accroître la visibilité de ses annonces de produits jusque là exploitées sous une certaine appellation, M. Jan a multiplié les dépôts de marques… de ses concurrents qui n’avaient pas encore songé à solliciter un enregistrement de leur marque auprès de l’INPI ou de l’EUIPO ! Il a alors utilisé le Brand Registry avec ces marques enregistrées.

Ce type de dépôt de marque a pour seul dessein d’entraver les concurrents de M. Jan, lesquels ne pouvaient plus utiliser le système d’Amazon pour leurs propres marques, exploitées abusivement par M. Jan à leur place. Il est frauduleux et doit être transféré au réel propriétaire ! Ce comportement est au surplus constitutif de parasitisme.

C’est ce qu’a jugé le Tribunal Judiciaire de Lille le 28 février 2020, au visa de l’article L.712-6 du Code de la propriété intellectuelle et de l’adage « fraus omnia corrumpit » (la fraude corrompt tout). La Juridiction nordiste a notamment condamné M. Jan au paiement de la somme de 9.000 euros à titre de dommages-intérêts (RG 19/05626).

Conseil pratique :

Quelle que soit la plateforme, la solution logicielle, le produit, qu’il soit novateur, révolutionnaire, innovant ou non, le droit français des marques initié en 1824, trouve à s’appliquer. La vigilance est de mise.

Coraline Favrel, c.favrel@carmen-avocats.com

Crédit photo : Lucas Bravo, Unsplash